Rencontre avec Typhon

Elle raconte que Typhée, sorti des entrailles de la terre, porta la terreur aux plaines de l’éther; que les dieux prirent la fuite, et ne s’arrêtèrent qu’aux sept bouches du Nil. Elle ajoute que, toujours poursuivis par ce monstrueux enfant de la Terre, les immortels effrayés se dérobèrent à sa fureur, sous les formes de divers animaux. Jupiter, dit-elle, devint le chef de ce troupeau; et c’est depuis ce temps que la Libye, lui donnant des cornes recourbées, l’adore sous le nom d’Ammon. Le dieu de Délos prit la noire figure d’un corbeau; Bacchus se cacha sous la forme d’un bouc; on vit Diane se changer en chatte; et Junon en génisse. Vénus se couvrit de l’écaille d’un poisson, et Mercure emprunta les traits et l’aile de l’ibis. -Ovide, Métamorphoses. Livre V, 318.

1280px-Zeus_Typhon_Staatliche_Antikensammlungen_596

Dans la mythologie grecque, Typhon, ou Typhée (en grec ancien Τυφάων / Tupháôn ou Τυφωεύς / Tuphôeús, de τῦφος / tũphos, « la fumée »), est une divinité primitive malfaisante. Il est le fils de Gaïa (la Terre) et de Tartare, ceci selon HésiodeVIIIe siècle av. J.-C.) dans sa Théogonie. Dans l’hymne d’Hésiode à Apollon, il est est un démon enfanté par Héra. D’après Apollodore et Ovide, Métamorphoses, V, [1] Typhon grandit en l’espace d’une journée, sa tête finit par atteindre le Ciel et sa vue déclenche une panique dans l’Olympe. Les Olympiens les plus puissants partent se cacher dans le désert égyptien, où ils revêtent provisoirement l’apparence d’inoffensifs animaux : Héra se change en vache, Aphrodite en poisson, Artémis en chatte, Léto en musaraigne, Apollon en corbeau ou en milan, Arès en sanglier ou en poisson, Dionysos en bouc, Héphaïstos en bœuf, Hermès en ibis, Héraclès en faon, etc… Armé de la faucille dentelée Zeus défie Typhon en combat singulier, mais le monstre réussit à le désarmer et à lui sectionner les tendons des bras et des chevilles à l’aide de la faucille. Selon les traditions, Hermès, Pan, Égipan ou Cadmos, parvient à se faire remettre par la ruse la dépouille et les tendons de Zeus. Ce dernier, sitôt « recousu », s’empare de sa foudre et se lance à la poursuite de Typhon, que les Moires ont entre temps dupé en lui faisant manger des fruits éphémères supposés lui conférer l’immortalité mais destinés en fait à l’affaiblir. Le Typhon est foudroyé et enseveli sous l’Etna. Nous voyons dans ces légendes d’Apollodore et d’Ovide une appropriation évidente de la narrative sur la divinité égyptienne Seth / Apohis. qui assassina Osiris puis fit disparaître son corps.

Dans cet article nous allons examiner Typhon dans le cadre des papyrus grecs magiques (PGMs).[2]

Nous trouvons dans le PGM IV. 154-285, ligne 180-209, une invocation adressée à Typhon. le candidat doit effectuer ce rite de passage avant de se livrer à des pratiques de lécanomacie. C’est par ce rite de passage que le candidat obtient une autorisation spirituelle pour invoquer les morts et les dieux dans une apparence visuelle.

Dans le PGM IV. 154-285, le scribe indique que par ce rite le candidat doit s’attacher à Hélios – fait pour le moins étrange contenu de la nature Typhonienne de l’invocation.

Bien que la traduction de Betz soit bonne, j’ai repris le texte original en grec ancien [3] et je l’ai traduit en français, ceci afin de mieux saisir son contenu. (Barre vertical | à la ligne, mots bizarres [], mots barbares, nominae magicae en gras) [4][5] :

Κραταιὲ Τυφῶν, τῆς ἄνω | σκηπτουχίας σκηπτοῦχε καὶ δυνάστα, θεὲ θεῶν, | ἄναξ αβεραμενθωου (λὀγος), γνοφεντινάκτα, | βρονταγωγέ, λαιλαπετέ, νυκταράπτα, ψυχ[ρ]ο|θερμοφύσησε, πετρεντιυάκτα, τειχοσεισμο|ποιέ, κοχλαζοκύμων, βυθοταραξοκίνησε, | Ἰωερβήτ αυ ταυϊ μηνι · ἐγώ εἰμι ὁ σύν σοι | τὴν ὅλην οἰκυμένην ἀνασκαλεύσας καὶ ἐξευ|ρὼν τὸν μέγαν Ὀσιριν, ὅν σοι δέσμιον προσή|νεγκα. ἐγώ εἰμι ὁ σύν σοι συμμαχήσας τοῖς θεοῖς |(οἱ δέ · πρὸς τοὺς θεούς)· ἐγώ εἰμι ὁ κλείσας οὐρα|νοῦ δισσὰς πτύχας και κοιμίσας δράκοντα τὸν | ἀθεώρητον, στήσας θάλασσαν, ῥεῖθρα, ποταμῶν | νάματα, ἄχρις οὖ κυριεύσης τῆσδε τῆς σκηπτου|χίας. ὁ σὸς στρατιώτης ὑπὸ θεῶν νενίκημαι, | πρηνὴς ῥέριμμαι μηνίδος εἵνεκεν κενῆς. | ἔγειρον, ἱκετῶ, τὸν σόν, ἱκνοῦμαι, φίλον καὶ μ[ή] | με ῥίψῃς χθονοριφῆ, ἄναξ θεῶν αεμιναεβαρωθερρεθωραβεανιμεα. δυνάμωσον, ἱκετῶ, | δόσ τε μοι ταύτην τὴν χάριν, ἵν᾽, ὅταν τινὰ αὐτῶν | τῶν θεῶν φράσω μολεῖν, ἐμαῖς ἀοιδαῖς θᾷττον | ὀφθῇ μοι μολών. ναϊνε βασαναπτατου | εαπτου μηνωφαεσμη παπτου μηνωφ · | αεσιμη · τραυαπτι · πευχρη · τραυαρα · πτου|μηφ · μουραι · ανχουχαφαπτα · μουρσα · | αραμει · Ἰάω · αθθαραυϊ μηνοκερ · βορο | πτουμηθ · ατ ταυϊ μηνι χαρχαρα · πτου|μαυ · λαλαψα · τραυϊ τραυεψε μαμω | φορτουχα · αεηιο ϊου οηωα · εαϊ αεηι | ωι ιαω αηι αι ιαω.

Invocation de Typhon :

Puissant Typhon d’en haut, porteur du spectre de pouvoir, Dieu des dieux, Seigneur ABERAMENThÔOULERThEXANAXEThRELUOÔThNEMAREBA.

Perturbateur de l’obscurité, conducteur d’éclair, expéditeur de tempêtes, éclair lumineux de la nuit, vous exaltez le froid et le chaud, agitateur de pierres, séisme des murs, bouloir des eaux, vous mettez en mouvement l’abîme, IÔERBÊT AU TAUI MÊNI

Je suis celui qui a fouillé la terre entière pour retrouver le grand Osiris, lequel j’ai emmené lié. Je suis celui qui avec vous, sommes alliés avec les dieux, (ou contre les dieux), je suis celui qui ferma les double portes des cieux et mis en sommeil le serpent invisible, qui à l’extrémité de votre royaume, arrêta la mer, les cours d’eau et l’écoulement des rivières. Mais comme ton soldat, je fus défait par les dieux et jeté face en bas à cause de ma colère sans raison. Éveillez-moi, je vous en prie, je vous en conjure, ami; ne me laissez pas ici, jeté sur la terre, O seigneur des dieux : AEMINAEBARÔThERREThÔRABEANIMEA.

Emplissez-moi de pouvoir, je vous prie, accordezmoi cette grâce, que chaque fois que je demande à l’un des dieux, qu’il vienne à moi rapidement et qu’il apparaisse visiblement devant moi.NAINE BASANAPTATOU  EAPTOU MÊNÔPhAESMÊ PAPTOU MÊNÔPh ·  AESIMÊ · TRAUAPTI · PEUChRÊ · TRAUARA · PTOUMÊPh · MOURAI · ANChOUChAPhAPTA ·MOURSA · ARAMEI · IAÔ · AThThARAUI MÊNOKER · BORO PTOUMÊTh · AT TAUI MÊNI ChARChARA ·PTOUMAU · LALAPsA · TRAUI TRAUEPsE MAMÔ PhORTOUChA ·AEÊIO IOY OÊÔA · EAI AEÊI ÔI IAÔ AÊI AI IAÔ.

Analyse de l’invocation :

nous remarquons 4 césures dans cette invocation.

  • Le scribe fait d’abord l’éloge de la divinité pour ensuite prononcer les mots de pouvoir (nominae magicae). Dans la 1ère partie, il qualifie Typhon de «σκηπτουχίας» porteur de spectre, titre qui indique un degré suprême d’autorité spirituelle. Cet épiclèse est aussi conféré à Apollon dans les PGMs (PGM II. 82, PGM II. 98). Pour enfoncer le clou, le scribe s’adresse à Typhon en disant «θεὲ θεῶν», Dieu des dieux – serait-il le Dieu ultime ? Si nous essayons de comprendre, Typhon serait une divinité dotée d’une autorité et puissance généralement attribuée aux divinités démiurges comme YHVH des sémites, Baal des cananéens ou IAO des gnostiques. Malgré que  Typhon demeure une manifestation des forces volatiles et chaotiques de l’univers primordiale qui aurait plus en commun avec Ophion et Chronos – serpent de la tradition Orphique[6], il poursuit et prononce le nom de pouvoir «αβεραμενθωου». En faisant une recherche, nous retrouvons ce mot dans le manuscrit gnostique intitulé Pistis Sophia, du codex dit d’askew. [7] Aberamenthô est l’épithète de Jésus dans ce dernier. En décomposant ce mot, αβεραμεν=abyr mym en hébreu veut dire: pouvoir sur (les) Eaux et θωου= Thoth. Aβεραμενθωου est suivi de λὀγος, c-à-d qu’on a à faire  à une formule magique ici – nous trouvons tout au long des PGMs/PDMs des palindromes avec ce mot.

Aβεραμενθωου dans les PGMs/PDMs

PGM/PDM
Formule écrite  espace ajouté
PGM I. 262-347 ABERAMENThÔ OU LERThEX ANA XEThRENL YO ÔThNEMARAIBA
PGM II. 64-183 ABERAMENThÔ OU Th LERThEX ANA XEThREL UO ÔThNEMAREBA
PGM IV. 154-285 ABERAMENThÔ OU(formule)
PGM V. 1-53 ABERAMENThÔ OU (formule)
PGM V. 172-212 ABERAMENThÔ OU LERThEX ENA XSONEL YS ÔThNEMAREBA
PGM LVIII. 15-39 [ABER]AMENThÔ OU LERThEX ANA XEThREL Y ÔThNEMAREBA
PGM LIX. 1-15 ABERAMENThO OY LERThEX ANA XEThREL YO ÔThNEMAREBA
PDM xiv. 675-694 ABERAMENThÔ OU LERThEX ANA XEThREL UÔThENEMAREBA
PGM CXXVIa. 1-21 ABERAMENThÔ OU Th LERThEX ANA X[EThREL Th YO ÔThNEMA]REBA

Dans ma traduction en français, j’ai opté pour la formule palindromique suivante : αβεραμενθωου λερθεξ ανα ξεθρελ υοωθνεμαρεβα. Par ce mot, Nous voyons Typhon identifié comme Seigneur des eaux d’en-haut (cieux, cosmique) et des eaux d’en bas (océans, mers, rivières, lacs…etc).

  • Examinons maintenant les épiclèses de la 2ème partie:
Grec Traduction Notes
γνοφεντινάκτα Perturbateur de l’obscurité γνοφος (obscure), τινακτως – (fait bouger, perturbe)
βρονταγωγέ Amène le tonnerre βρονταω (tonner) αγωγέ (guide)
λαιλαφετης Envoie la tempête λαιλαφετης (envoyeur de tempête)
νυκταράπτα Éclair qui déchire la nuit νυκτανγηεσ (brillant dans la nuit), στραπτω (éclairs).
ψυχροθερμοφύσησε Exalte le froid et le chaud ψυχρος (froid), θερμος (chaud) φυσις (nature), φυσαω (souffler).
πετρεντιυάκτα Fait bouger les pierres πετρεν (pierre, roche)  τινακτως (trembler, agiter)
τειχοσεισμοποιέ Créateur de séismes τειχος (mur), σεισμος (tremblement de terre) ποιέ (créer)
κοχλαζοκύμων Fait bouillir l’eau κοχλαζω (bouillir) κύμων (vague)
βυθοταραξοκίνησε Touiller l’abîme βυθιος (profondeur), ταραξις (confusion, agitation), κινησε (mettre en mouvement)

smallphoto-1427501482951-3da9b725be23-680x453

Par ces épiclèses, Typhon nous apparaît comme un Dieu violent et chaotique mettant en mouvement l’univers, la nature. Les tempêtes et tremblements de terre sont généralement attribués à Poséidon dans la mythologie grecque – mais ce dernier est absent des PGMs. Ces attributs me font penser à Hadad / Baal des mythologies mésopotamiennes – nous trouvons justement la première mention de lécanomacie dans un rituel babylonien datant du 7ème siècle av. -J.C. où le magicien est instruit d’invoquer Šamaš/ Shamash, Dieu solaire de l’ordre et de lumière et  Adad/Hadad /Baal, Dieu de la tempête et des eaux primordiales.

Le scribe prononce ensuite les mots barbares : Iω ερβήτ αυ ταυϊ μηνι (IÔ ERBÊT AU TAUI MÊNI). Iω : référence à la Lune ou salutations – on le trouve souvent devant les divinités grecques, par exemple ἰω/ou ἰήε Παιάν. ERBÊT ou ERBÊTh (autre orthographe dans les PGMs) [8]n’est sans aucun doute un mot grec, par contre en hébreu, הר בית, signifie, montagne, maison. Je n’ai pas trouvé de correspondances des mots AU TAUI MÊNI, à part un ancien dieu babylonien ou la prononciation phonétique du mot égyptien  Aw (mesure du temps et espace), tAwy (deux terres d’Égypte/haute/basse) et mêni,[9] mHn.I (O serpent esprit). je pencherais plutôt pour des mots dans la langue de l’Égypte antique car juste après ces mots, c-à-d, dans la 3ème partie de cette invocation, nous trouvons une forte influence de la cosmologie égyptienne.

  • Le scribe dit au candidat de s’identifier à Seth, de fouiller la terre entière et de remmener captif Osiris. Pas besoin de dire que ce passage correspond à la capture et au meurtre d’Osiris – par contre on voit ici que Seth agit sous l’autorité du Dieu des dieux, le Seigneur des eaux primordiales, Typhon. Bien que le syncrétisme Typhon/Seth soit bien documenté dans le monde hellénique, le scribe dans le PGM IV. 154-285, fait une distinction claire entre le Seigneur des eaux d’en haut et le dieu anthropomorphe Seth. En s’identifiant à Seth, le candidat rend son vaisseau adéquat à la réception du pouvoir de Seth. Ensuite le candidat déclare s’allier avec Typhon et les autres dieux (ou contre les autres dieux, selon certains) – on remarque ici une contradiction quant au rôle de Seth, d’une part selon les papyrus il agirait en accord avec les autres dieux – rôle que les autres n’auraient pas compris. Le meurtre d’Osiris est un acte nécessaire afin d’amener la vie au Nil, la transformation d’une terre des dieux à une terre destinée aux hommes. Ce principe chaotique et destructeur est représenté par Typhon/Seth qui assure de ce fait un mouvement continuel de l’univers. Le grand ennemi de l’homme/ de l’univers est la stase.

.. δράκοντα τὸν  ἀθεώρητον… le serpent invisible, l’épithète d’Apep que l’on retrouve dans les toutes les littératures ésotériques – il est le serpent que Seth doit vaincre tous les jours afin d’assurer le mouvement perpétuel du soleil et de cycles de l’univers. Ici, le candidat fait référence au rôle de Seth dans le Livre des Morts des anciens égyptiens où il figure comme le protecteur en premier plan de la barque solaire.[10]

setapep

 

Dans le livre des Morts de l’Égypte, au rituel 111, à midi la course du Soleil se trouve menacée car Apep, ce serpent qui d’une grande bouffée avale les eaux cosmiques, pourrait amener la barque solaire à l’arrêt. Seth se déclare alors grand magicien, fils de Nout et défait ce serpent qui menace de mort et dissolution le Soleil. Il contraint Apep à régurgiter tout ce qu’il avait avalé, rétablissant de fait le flux continuel des eaux. Cet acte permet au cosmos de rester en mouvement pour un  jour de plus, l’empêche de revenir dans un état statique et de non-existence. Cette narrative est reflétée dans PGMs par le passage «mis en sommeil le serpent invisible» ou «ferme les yeux» dans le livre des Morts. Le passage «στήσας θάλασσαν» (arrêter/stopper la mer) décrit Apep entrain d’avaler les eaux – acte qui s’oppose au pouvoir de Typhon qui consiste à garantir le flux continuel. Le temps où cette bataille survient n’est pas anodin, c’est à midi, le soleil est à son zénith et justement le scribe dans le PGM IV 153-285, nous indique que c’est le temps idéal pour procéder à ce rituel. C’est au moment où le Soleil atteint son apex que le candidat s’identifiant en tant que Seth et rattaché à Hélios livre bataille pour défaire ce serpent. A cause de sa colère sans raison «μηνίδος εἵνεκεν κενῆς), Seth fût vilipendé et jeté face contre terre «πρηνὴς ῥέριμμαι» – dans cette position de désolation, le candidat invoque Typhon, le Seigneur de dieux, de l’élever, le réveiller «ἔγειρον» ou de le ressusciter des morts. Dans un sens c’est une requête pour une renaissance spirituelle faite par un candidat étendu sur le sol recouvert d’un linceul et ayant un bandeau sur le front. [11]Le scribe termine la 3ème partie en prononçant la voce magicae : αεμιναεβαρωθερρεθωραβεανιμεα (AEMINAEBARÔThERREThÔRABEANIMEA). [12]C’est un palindrome, quant à savoir sa signification…autant rechercher une aiguille dans une botte de foin. Je parierais plus à un langage sémitique ou en égyptien ancien – Αεμιναε est l’orthographe phonétique d’ascension/réveil en égyptien ancien «ia minA».

  • Le texte de la 4ème partie possède des similitudes avec les textes de grimoires médiévaux et de la renaissance. On voit ici le praticien demander une habilitation pour avoir autorité sur les esprits ou les dieux afin qu’ils viennent vite et dans une apparence physique. L’invocation se termine avec une voce magicae de 40 noms.[13][14]

 

Grec Prononciation phonétique Égyptienne
Notes
ναϊνε nn (ici), (vers cette place) invocation d’Osiris (bel âme d’ Abydos) ou Typhon (Agresseur des cieux) pour une protection.
βασαναπτατου ba (âme); san (beauté); AbDw (Abydos); tw (toi); pt (ciel); Adw (agresseur); bsA (protège); n (vers), (nous)
εαπτου iaH (lune); ia (prière); pA.dw (montagne); pt.dw (ciel montagne) prière vers (ciel montagne). Ici le (serpent esprit) est soit ( Typhon or Apep). Mais aussi, μηνωφαεσμη veut dire lumière de la Lune en grec ou lumière qui révèle (φαεσιμβροτος), apporte la lumière aux mortels.
μηνωφαεσμη mHn (enroulé), (serpent esprit); ph(il, lui) as (conjure)mi (vient)
παπτου pA.pt.dw (montagne ciel)
μηνωφ mHn (le spiralé) (serpent esprit); ph (il, lui)
αεσιμη aS (conjure)mi (viens) viens, je te conjure
τραυαπτι tr (prière)aAw (grand); pt (ciel)I (O), (moi) O ! adorable, grand ciel
πευχρη pXr (entourer), I (O), (moi) sans doute une pétition à cercler.
τραυαρα tr (prière)aAw (grand); ra-(Soleil, Ré) prière et révérence au Dieu Soleil Ré
πτουμεφ pA.dw (montagne); pt.dw (ciel)mi (viens);  ph (il, lui) invocation (viens!) à lui de la (montagne)
μουραι mw (eau); ri (enclitique); mais aussi μοῖραι, les moires. (eau) avec une référence aux moires.
ανχουχαφαπτα an (magnificence, beauté); kkw (noirceur); wk (nuit); kk (noir); aphA (dévore); pt (ciel); A (particule enclitique) révérence à Typhon  (à mettre en parallèle avec   γνοφεντινάκτα, perturbateur de l’obscurité, ou νυκταράπτα, éclair dans la nuit)
μουρσα mw (eau)ri (particule enclitique) les eaux
αραμει ar (monter, ascension); mi (viens) viens et monte !
Ίάω IAO nom divin gnostique IAO
αθθαραυϊ A (région, bande de terre); ath = (maison),   dwAt (sous terre); dwA (adorer, prier); r awy (portes, limite); rHwy (les 2 combattants) épithète d’Horus et Set) Référence aux 2 combattants: Horus et Seth, sans doute une célébration de la victoire sur Apep ou prière adressée au serpent esprit de la nuit (Typhon) résidant aux portes du souterrain.
μηνοκερ mHn (encerclé), (serpent esprit); wk (nuit)r (vers)
βορο br (yeux); bw (place); bAw (pouvoir), (âmes des morts); rw (lion); ra (Soleil, Re) invocation du pouvoir du  Soleil, mais aussi appel à la montagne.
πτουμηθ pA.dw (montagne); pt.dw (ciel montagne); mi (vient); th (toi)
ατ At (moment),(pouvoir de frappe), (temps); at (maison) référence au festival de Khoiak, c’est intéressant vu la nature de l’invocation. On note aussi une violence (pouvoir de frappe, rage) du serpent esprit.
ταυϊ tawy (les 2 terres d’Égypte)
μηνι mHn (serpent esprit), I (O)
χαρχαρα Xar (rage); kA Hr kA (Festival de Khoiak) (célébration pour retrouver le corps d’Osiris); ra (Soleil, Ré)
πτουμαυ pA.dw (montagne); pt.dw (ciel montagne); mw (eau) encore une référence à la montagne et à l’eau. 3 régions : le ciel, la montagne, les eaux.
λαλαψα Je ne trouve pas ce mot en égyptien. λαλα veut dire babiller en grec.
τραυϊ tr (prière);  wi – ‘I’, (moi) peut être une pétition adressée à la divinité afin d’être initié dans la splendeur des eaux de la nuit. Dans ce contexte, une telle pétition est appropriée pour terminer une invocation avant la prononciation des voyelles.
τραυεψε tr (prière); wi – ‘I’, (moi); bs (initié en), (révéler un secret); bsi (flux des eaux)
μαμω mAA (voir); mAa (de nuit),(réalité); mw (eau)
φορτουχα phAw (magnificence), (splendeur); rT (maintenant); wk (nuit); A (particule enclitique)
αεηιο AEÊIO voyelles
ϊου ΙΟΥ
οηωα OÊÔA
εαϊ ΕΑΙ voyelles
αεηι AEÊI
ωι ÔI
ιαω IAÔ
αηι AÊI
αι ΑΙ
ιαω IAÔ

Nous voyons que le mot montagne revient souvent, Typhon a toujours été associé à la montagne – Zeus emprisonna Typhon sous le mont Etna en Sicile, de même les grondements de l’Etna seraient causés par ce géant qui se réveille. En ce qui concerne les eaux, se référer à la cosmologie égyptienne – le Dieu Ré, vogue dans sa barque. Nous remarquons également dans cette invocation, un syncrétisme des croyances des grecs anciens, de l’Égypte antique et un apport babylonien.

Notes :

  1. Ovide, Metamorphoses, livre V, traduction G.T. Villenave, Paris, 1806. Lire ici : http://bcs.fltr.ucl.ac.be/META/00.htm
  2. Hans Dieter Betz (ed). The Greek Magical Papyri in Translation: Including the Demotic Spells (Chicago, IL: University of Chicago Press, 1992).Lire ici : https://archive.org/details/Papyri_Graecae_Magicae
  3. Texte en grec ancien, Karl Preisendanz (trans. & ed.). Papyri Graecae Magicae Die Greiechischen Zauberpapyri. (Berlin: Verlag und Druck Von B.G. Teubner, 1928).
  4. Perseus Hopper, antiquité Grecque et Romaine: http://www.perseus.tufts.edu/hopper/collection?collection=Perseus:collection:Greco-Roman
  5. Lexique de Luis Muñoz Delgado: Léxico de magia y religión en los papiros mágicos griegos. ici: http://dge.cchs.csic.es/lmpg/
  6. Lire Chronos l’eternel et un serpent dans le jardin.
  7. Pistis Sophia que l’on peut lire ici : http://gnosis.gnose.samael.free.fr/docs/1983-la-pistis-sophia-devoilee-29-03-2007.pdf
  8. Mot que l’on retrouve aussi dans le PGM II. 64-183, PGM III. 1-164, PGM IV. 286-295, PGM IV. 2145-2240, PGM V. 1-53, PGM XII. 365-75, PDM xiv. 675-604[PGM XIVc. 15-27], PGM XXXVI. 1-34, PGM XXXVI. 69-101, PGM XLVI. 4-8, PGM LVIII. 15-39, PGM CXVI. 1-17.
  9. Meni (Astarté) est la déesse lunaire babylonienne de la destinée, adorée par les hébreux lors de leur exile à Babylone, de même que Ga’ad (Soleil).
  10. Seth (Suty) est un dieu égyptien protecteur de premier plan de la barque solaire, de l’âme d’Osiris et des morts. Voir chapitres 32, 39, 108 et 111 dans le livre des Morts des anciens égytiens: http://www.masseiana.org/pierret.html
  11. Et après midi, lui [Apophis, le serpent] tournera ses yeux contre Ré. Alors un arrêt de la barque arrivera……Et alors Suty (Seth) lancera son épée de métal contre lui, ce qui le fera dégorger tout ce qu’il avait avalé. Seth se dressera contre lui et lui dira : couches-toi devant ce métal pointu qui se trouve dans mes mains. Je suis contre toi, et mon coeur est vrai. O ! assasin royale, pries et fermes tes yeux et couvres-toi la tête, afin que je passe. Prosternes-toi devant moi, car je suis mâle. Voiles ta tête et humidifies ta lèvre supérieur, car je serai ferme. Je suis le grand des forces magiques, fils de Nout. On m’a fourni ces incantations favorables contre toi.(Livre des Morts des anciens égyptiens, chapitre 111)
  12. Voir les formules palindromiques dans PGM I. 262-347, PDM xiv. 675-694[PGM XIVc. 15-27] , et PGM LIX. 1-15.
  13. Raymond O. Faulkner. Dictionnaire des hiéroglyphes : http://projetrosette.info/page.php?Id=599 ou  : http://hieroglyphs.net/0301/cgi/pager.pl?p=16 ou dictionnaire de l’égyptien ancien[pdf]   ou sur ce site : http://www.hierogl.ch/hiero/Accueil, Plus d’aide sur les hiéroglyphes : http://www.lexilogos.com/hieroglyphes_dictionnaire.htm
  14. Dictionnaires et Encyclopédies Académiques : http://translate.deacademic.com/

 


Thanks to Leonardo Drakon – You can read an English version at : http://voces-magicae.com/2015/02/25/pgm-iv-154-285-invocation-of-typhon/

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s