Azoth : Α – Ω de Basile Valentin

Je suis le vieux dragon, présent par toute la terre. Je suis père et mère, jeune et vieux, fort et faible, mort et vif, visible et invisible, dur et mou, descendant en terre et montant au ciel, très grand et très petit, très léger et très pesant. L’ordre de la nature est souvent changé en moi, en couleur, nombre, poids et mesure. Je contiens la lumière naturelle. Je suis clair et obscur. Je sors du ciel et de la terre. Je suis connu et je ne suis rien, je veux dire de stable. Toutes les couleurs reluisent en moi par les rayons du soleil, rubis solaire, terre très noble et clarifiée, par laquelle tu pourras transmuter en or le cuivre, le fer, l’étain et le plomb. – Basile Valentin

Azoth-di-Basilio-Valentino-300x300

Faisons fi des préjugés, et ne rejetons pas un livre sous prétexte que sa couverture n’est pas belle ou qu’il ait été écrit en 1624. L’emblème que nous allons examiner – méditer dessus provient du livre « Azoth ou le moyen de faire l’Or caché des Philosophes » de Basile Valentin. [1] Il nomma les opérations d’alchimie « azoth », sans doute en référence à la première et dernière lettre de l’alphabet latin (a,z), grec (α,ω) et hébreu (תא).

Les récits, contes, allégories que l’on trouve dans les cosmogonies du monde antique, que ce soit de Sumer, de la Grèce ou de l’Égypte narrent le concept de transformation – métamorphose, de la mort et de la renaissance de la nature. En Égypte, le mythème de la mort et de la renaissance est lié au cycle végétal, à la crue du Nil, et à la germination.[2] Plutarque rapporte que chaque année, lorsque les eaux de l’inondation se retiraient après avoir déposé leur limon sur les berges du Nil, se déroulait un rite singulier dans le temple d’Osiris à Abydos – les fidèles pleuraient pendant trois jours et façonnaient trois corps à l’effigie d’Osiris, l’une pour le corps mort, la seconde pour le corps reconstitué et la dernière pour le corps ressuscité que l’on plaçait dans un coffre en bois en ayant pris soin d’y planter des graines. La mort sacrificiel d’Osiris et sa renaissance grâce à l’amour et à la puissance d’Aset parlent bien sûr du mystère de la création originelle sans cesse renouvelée ainsi qu’à une possible immortalité.[3] Osiris n’est pas le seul sacrifié, il possède d’autres « frères martyrs ». Dionysos est une divinité agraire de la Grèce antique, il fût démembré et ressuscité selon la tradition orphique – il accompagnait de ce fait l’âme des défunts. De façon analogue, les divinités proches-orientales, tel que  Dumuzi, (Tammuz des Sémites) ou  Adon, le Seigneur de Byblos partagent avec Osiris, le fait d’avoir épousé la grande Déesse, Aset, Ishtar, Astarté – d’avoir été sacrifié pour assurer la fécondité de leur pays.

La transformation, métamorphose, transmutation résulte un processus que les grecs nommèrent χυμεία (chimie) dérivée de Kemet (terre noire d’Égypte) et transmise à l’Europe par les arabes en y ajoutant l’article ال (Al). Dans le cas de l’agriculture, la germination est liée à la décomposition préalable de la graine – anéantissement du dieu avant sa renaissance en une nouvelle vie, métaphore dont fait écho Saint Jean dans son évangile.[4]

Le mot grec χυμεία est dérivé de χύμα (lingot, masse, alliage) et il signifie fonderie, art de la fonte des métaux – transformation d’un métal vulgaire en un métal noble, en l’occurrence en argent ou en or. Ceci nous mène à rechercher des légendes mythologiques qui ont un rapport aux métaux – prenons par exemple le cas de la Déesse sumérienne Inanna : dans sa descente aux enfers afin d’y étendre son pouvoir, elle passe par sept sanctuaires (portes) où on lui impose de se débarrasser d’un bijou ou d’un vêtement – elle se présente ainsi nue devant son ennemi jurée, Ereshkigal. Dans la mythologie grec, Prométhée entre autres  d’avoir crée l’homme à partir de l’eau et de la terre,  vole le feu aux dieux et enseigne aux hommes l’art de la métallurgie. On pourrait aussi citer le cas des Telchines ou des Dactyles idéens qui travaillaient les métaux et connaissaient l’usage du fer.

L’emblème

Examinons et méditons ensemble sur l’emblème ci-dessus : en son centre, on aperçoit un dieu ou un alchimiste barbu se mirant dans un miroir, superposé sur ce dernier, un triangle pointe vers le bas – ceci représente l’Eau, la source de vie. L’alchimiste est en équilibre (harmonie) entre les différents éléments : il a le pied gauche sur l’Eau, et le pied droit sur la Terre – sa main gauche saisit une plume (Air) pendant que sa main droite tient un flambeau, le Feu. Bien qu’il soit fermement ancré dans la matière, il a accès à l’esprit. Il est le fruit d’un mariage parfait entre Sol, l’archétype du Roi Solaire assit sur un lion au sommet de la colline à sa droite et Luna, l’archétype de la Reine Lunaire assise sur un gigantesque poisson à sa gauche.

Ce Roi jovial et extraverti, teint de sa main droite le spectre de pouvoir et de sa main gauche une armure  – ce qui indique qu’il possède autorité et pouvoir sur le rationnel – mais un dragon crachant du feu qui représente le contenu de son inconscient rejeté,  l’attend dans la cave près à l’attaquer au cas où son arrogance poindrait. Ce dragon est créé par la nature intersecte de notre conscience chaque fois que nous rejetons avec force une partie du contenu de notre psyché et la reléguons aux oubliettes. Nous  donnons énergie à cette vie partiellement indésirable par cet acte de rejet. Le fait que la lumière émet des ombres est inhérent à la conscience masculine – il devient une source de démons qui nous nuisent tout au long de notre vie.

Cette Reine mélancolique et introvertie, tient les rênes d’un grand poisson, symbolisant son contrôle de ces mêmes forces cachées qui menacent le Roi, et derrière elle, il y a une botte de blé – ceci représente son lien avec la fertilité et la croissance. L’arc et la flèche qu’elle tient dans son bras gauche symbolisent les plaies du cœur et du corps qu’elle accepte dans le cadre de son existence, car la conscience féminine accepte le monde tel qu’il est – avec toutes ses douleurs et ses souffrances.

Ce Roi et cette Reine représentent la matière première sur laquelle l’alchimiste doit travailler – Le Roi symbolise le pouvoir de la pensée et de la planification qui sont les caractéristiques de l’esprit. La Reine représente l’influence des émotions et des sentiments qui sont finalement le chaos au sein de la matière première de l’âme. Le mariage annoncé du Roi et de la Reine produit un état de conscience décrit comme le sentiment de l’intellect, qui peut être élevé et purifié afin de produire un état parfait intuition, que les alchimistes Égyptiens nommaient « l’intelligence du cœur ». Ce type particulier d’intelligence ou ce moyen de savoir est à l’œuvre dans l’alchimiste, car il  né du mariage sacré de la conscience masculine et féminine.

Entre les jambes de l’alchimiste on voit une pierre cubique avec l’inscription au dessus Corpus (corps). Les cinq étoiles qui l’entourent indiquent que le corps contient également le 5ème élément – caché, invisible – la quintessence dont la « force intrinsèque est perfectionnée si elle est transformée en Terre » – ceci selon la table d’émeraude.[5] A la place où devrait se situer la tête de notre alchimiste, on distingue une créature étrange, ailée – ceci représente l’essence de l’âme à un niveau élevé du corps. Touchant l’aile gauche, on distingue un salamandre enflammé avec la mention « Anima » âme, l’aile droite de la créature touche un oiseau – au dessous duquel est écrit « Spiritus » esprit. Le salamandre est le symbole de l’âme – il est attiré par la chaleur ardente du Soleil, pendant que l’oiseau – symbole de l’esprit préfère la fraîcheur de la Lune. De cette visualisation nous retiendrons l’usage de deux forces opposés dans l’accomplissement de la transformation alchimique. On trouve dans le symbole du Tai chi une signification similaire – l’équivalence de l’énergie Yin féminine à l’énergie mâle Yang et leur interchangeabilité – en alchimie, le mercure et le soufre peuvent à un moment ou un autre être associé à l’esprit ou à l’âme. Derrière ce cercle en arrière-fond, on remarque un grand triangle pointant vers le bas, « Anima, Spiritus, Corpus » âme, esprit, corps sont inscrits dans ses angles. Ils constituent les trois éléments essentiels à la base de toutes choses à savoir : le Soufre, le Mercure et le Sel.

Les 7 opérations alchimiques :

1. La calcination

Le 1er rayon (voir l’emblème, mandala alchimique ci-haut) possède le glyphe de Saturne et est de couleur noire. Il pointe vers la pierre. Ce premier rayon correspond à la première étape – la transformation de n’importe quel substance par exemple le plomb vers une matière noble. On remarque également le carré qui représente le Sel.  Encore une fois dans la mythologie grec Ἥφαιστος, Héphaïstos,  le Dieu du feu, de la forge et de la métallurgie – il fût rejeté du mont olympe sur terre par sa mère Héra à cause de sa difformité. Il était souvent représenté sous les traits d’un forgeron boiteux – signe une incarnation imparfaite.

La procession se faisant dans le sens horaire, on remarque dans le 1er cercle à gauche du premier rayon, un corbeau noir perché sur un crâne, c’est l’étape alchimique, nommée Nigredo – calcination par le feu afin de brûler les scories et de révéler les essences cachées. Dans le mot calcination on retrouve  «calcium», dérivé du latin calx (calcaire), on brûle jusqu’à ce que l’on obtienne un rendu blanc – ou on réduit en cendre jusqu’à ce qu’il n’est nul besoin supplémentaire d’appliquer le Feu à la matière –  cas de la crémation du corps du décédé par exemple. Les autres images que l’on peut associer à cette étape sont : le salamandre, le lion rouge se battant contre les autres animaux, un roi jeté vivant dans un four crématoire ou se reposant dans un sauna, un lion jaune dévorant un serpent vert – le lion représente dans ce cas le principe du soufre,  Feu secret de l’âme de l’alchimiste. Autres images sur ce blogue, Apollon,  dieu solaire donc représentant le feu qui accueille dans son cercle un corbeau noir,[6] Atalante qui décapite Pélée (tête de sanglier) en noir et dénudé  et qui apparemment renaît sous les traits de Mopsos en blanc.[7]

Les alchimistes utilisent aussi en laboratoire les acides, en particulier le VITRIOL « Visita Interiora Terrae Rectificando Invenies Occultum Lapidem = visite l’intérieur de la Terre et en te rectifiant tu trouveras la pierre cachée ». L’acide sulfurique est substance visqueuse verte résultant de l’érosion des roches sulfureuses – il est corrode toute substance à part l’or. Du point de physiologique, la calcination permet de réguler notre métabolisme, de se débarrasser des nos excès dans le but de retrouver une silhouette parfaite. La calcination débute à la base de la colonne vertébrale – le chakra sacral. Au niveau planétaire, cela représente le feu de la création – de la lave du volcan renaît un environnement propice à la vie.  Du point de vue psychologique,  il implique la destruction de notre ego, se libérer de notre attachement aux objets matériels. La calcination est généralement un processus d’humiliation naturelle – car nous serons graduellement envahi – surmené par différentes épreuves de la vie avec le risque de succomber à notre propre hybris. La calcination s’exprime également par les révolutionnaires ou conquérants qui tentent de reverser le status quo.

2. La dissolution

Le 2ème rayon de l’étoile est dirigé vers le Roi, donc vers ce qui représente notre conscience masculine. On y voit le symbole de Jupiter et de l’étain – généralement ce rayon est de couleur bleue ou blanche.

Dans le 2ème cercle, on aperçoit un corbeau qui observe son ombre blanchir – sous-entendu, il observe son âme blanchir. Le processus de purification continue à l’intérieur (Interiora). Les images de la dissolution peuvent être : des larmes, l’inondation, menstruation, une fonte, un auto-cuiseur, mère nature, de l’eau jaillissant de la terre, crapauds venimeux, un roi nageant nu, le Roi et la Reine prenant un bain, dragons noirs, serpent ailé (basilic), des démons gardant un trésor caché, le Soleil et la Lune dans une obscurité totale avec un oiseau blanc au-dessus d’eux. Une image que l’on trouve fréquemment est le lion vert qui tente de dévorer le Soleil – on parle alors du serpent vert issue de la calcination qui est maintenant purifié –  il est un mercure mais encore imparfait bien qu’ il exprime un désir ardent d’ascension. Du point de vue alchimique, le lion vert est un vitriol pur, capable de dissoudre même l’or – il est appelé eau régale « Aqua Regia ». En laboratoire, la dissolution consiste à verser les cendres dans de l’eau, de l’acide ou une autre solution. Ces cendres sont appelés sel de pierre « Sal Salis » – c’est la matrice de la matière avec ses essences qui deviendra par la suite la pierre philosophale. Psychologiquement, la dissolution représente la destruction des structures artificiels de notre psyché – un immersion totale dans notre subconscient – élément que notre conscience a rejeté. Pour l’alchimiste, la dissolution prendra la forme des rêves, visions, voies, sentiments étranges d’un monde irrationnel existant simultanément dans sa réalité. Durant la dissolution, la conscience cède le contrôle et permet aux matériaux enfouis de faire surface, ceci se vie par une expérience d’un flux, d’une félicité d’être engagé dans un acte de création sans le besoin d’une hiérarchie. Dans la société, cette étape s’exprime par une croissance stable maintenue par une dissolution graduelle. Du point de vue psychologique, la dissolution représente l’ouverture des nos centres d’énergie (chakras), une recharge des nos cellules. Cette opération a lieu au niveau de nos organes génitaux, poumons, rate. Au niveau planétaire, la dissolution équivaut à une inondation, un sérieux nettoyage de l’intérieur de la terre.

3. La séparation

Le 3ème rayon de l’étoile désigne une torche en flamme, il porte le glyphe du fer et de la planète Mars. Il est habituellement colorié en rouge ou orange. On remarque également le symbole de soufre – une mise en commun du soufre et du fer qui nous donne l’acide sulfurique que les alchimistes nomment VITRIOL.

Dans le 3ème cercle on aperçoit deux oiseaux blancs qui tentent de récupérer les restes de la calcination et de la dissolution (âme noire). C’est la première rencontre entre l’âme et l’esprit – stade de développement qui a le mérite d’être sauvegarder. Au dessus du cercle est inscrit Terrae (terre), une référence aux essences séparées définitivement de la lie. A ce stade les éléments sauvegardés sont purs mais opposés l’un à l’autre – ils semblent se livrer bataille tout en gardant les essences vivantes mais en parfaite dichotomie. La table d’émeraude nous informe qu’à ce stade, «Le Vent l’a porté en son ventre» – une métaphore tenant au fait que les alchimistes de l’époque utilisaient l’élément Air dans cette opération. Les images de la séparation sont :  un entonnoir avec un filtre, un tas de détritus, sable, chevaliers brandissant des épées, le caducée en tant qu’arme, le divorce, le démembrement, chirurgie, la séparation des eaux de la mer rouge par Moïse, séparation du ciel et de la terre, la quadrature du cercle. Dans certaines gravures alchimiques on voit un oiseau blanc prendre son envol sous des images de feu, de destruction, de terre noire résultant des opérations antérieures. Une autre image est celle d’Hermès (Mercure) armé, séparant le Roi et la Reine en pleine dispute familiale. En laboratoire, la dissolution est le processus de filtration et de distillation, éjection de matières impures ou n’ayant aucune valeur, débourbage, oxycoupage, tamisage…etc. Du pont de vue psychologique, c’est une redécouverte de notre essence véritable par la reconquête de l’or que notre esprit masculin et rationnel  avait rejeté. C’est au cours de ce processus que l’on juge et que l’on décide de réintégrer ou rejeter les éléments cachés dans notre nouvelle conscience raffinée. Ces éléments sont souvent des éléments de notre personnalité dont nous avions honte, que nos parents, l’église, l’école… nous ont dit de cacher. La séparation est la réjection des contraintes que nous nous nous sommes imposées – retrouver sa vraie nature et briller. La séparation implique la récupération de notre énergie gelé car nous détruisons par ce fait nos anciennes habitudes, nos préjugés, nos croyances, nos blocages émotionnelles – névroses et phobies. cette énergie enfin libérée permet de poursuivre notre transformation spirituelle. Dans la société, la séparation s’exprime par l’établissement de clans, nations, cités. Psychologiquement, la séparation consiste à contrôler notre souffle car il travaille de concert avec notre esprit et notre âme – donnant naissance à une nouvelle énergie et un renouveau du point physique. La séparation commence au niveau du nombril –  mais on le situe généralement au niveau du plexus solaire, le chakra du fer. Au niveau planétaire la séparation est la création des continents, des îles par la force des quatre éléments : Air, Eau, Terre et Feu.

4. La conjonction

Le 4ème rayon est entre le salamandre en feu à gauche et une aile (esprit/essence) à droite. On remarque le symbole du Soleil (venus/cuivre) et il est de couleur verte foncée.

Dans le 4ème cercle, on aperçoit deux oiseaux identiques (gémeaux) – qui représentent l’âme et l’esprit – ils s’échappent de la terre et transportent avec eux une couronne à 5 pointes (la quintessence). A ce point des opérations, il nous reste de la matière la plus raffinée possible. Le but de l’alchimiste dans l’opération de conjonction est de recombiner cette matière pure – de créer une nouvelle incarnation. Dans la table d’émeraude on peut lire : « Sa nourrice est la Terre » ce qui veut dire que les alchimistes travaillaient avec l’élément Terre. Au dessus de ce cercle est inscrit (Rectificando) c-à-d par rectification (sous la bénédiction des deux ailes) – ceci est un processus sacré. Les alchimistes parlent du mariage du Soleil et de la Lune – la conscience Solaire est d’ordre intellectuel et rationnel, tandis que la lunaire est basée sur l’intuition, et d’essence irrationnelle. Après ce mariage, l’initié expérimente un accroissement en intuition et une naissance de l’intelligence du cœur. La conjonction est plus qu’un mariage, c’est en fait une crucifixion alchimique par laquelle la substance pure ou l’alchimiste est cloué entre deux axes – l’axe vertical : union de l’esprit à la matière et axe horizontal : l’équilibre entre la conscience masculine (le Roi) et la conscience féminine (la Reine). Ce cercle est situé entre l’anima (âme) et le spiritus (esprit) processus d’importance capital car c’est le point d’équilibre entre les 3 opérations précédentes et les 3 autres qui restent à accomplir. Les images de la conjonction horizontale sont : une terre fertile, nourricière, relations sexuelles, les satyres, le bélier, le double cube, carrefour à trois voies ou point de confluence (2 cours d’eau se rejoignant pour former un 3ème). Dans certaines gravures, le Roi et la Reine sont réconciliés et Hermès leur sert la main. Les images de la conjonction verticales sont : une échelle avec les planètes, sept étoiles, les sept couleurs de l’arc-en-ciel en harmonie. Autres images : un oiseau blanc descendant vers des flammes, un lion rouge qui disparaît dans une sphère, une représentation de l’union du Feu et de l’Eau. En laboratoire, la conjonction à un mariage forcé entre la substance pure (issue de la séparation) à laquelle on adjoint un catalyseur ou un acide afin de créer par fusion  une nouvelle substance (amalgame). va02Physiologiquement, la conjonction consiste à utiliser notre énergie sexuelle au service de notre transformation. La conjonction se passe au niveau du cœur (chakra du cuivre). Au niveau planétaire, la conjonction est la création de formes primordiales de vie par l’action du Soleil sur la terre ou par les éclairs qui zèbrent nos cieux. Du point de vue psychologique, la conjonction est l’union du féminin au masculin de notre personnalité, nouveau mode de pensée avec une intuition augmentée. Les alchimistes parlent alors d’achèvement de la petite pierre, il est maintenant capable de discerner clairement les autres opérations qui mène vers l’illumination. Plusieurs synchronicités surviennent dans la vie de l’alchimiste confirmant qu’il est sur la bonne voie. Dans la société, la conjonction est l’évolution des procédés technologiques afin de dompter la nature.

5. La fermentation

Le 5ème rayon désigne l’aile droite de l’essence et l’aile gauche de l’oiseau (spiritus). Sa couleur est d’un vert clair avec le symbole de Venus (Mercure)

Le 5ème cercle est sous l’inscription « Invenies » qui veut dire « tu découvriras » – on remarque deux oiseaux, l’âme et l’esprit entrain de couver, ils attendent sans doute une naissance. La fermentation représente la solidification du lien âme/esprit et l’apparition d’une substance mystérieuse que les grecs nommaient  ἀμϐροσία, l’ambroisie – c’est l’introduction d’un nouveau produit dans le couple âme/esprit. La table d’émeraude nous dit de quitter le royaume terrestre par le feu de l’imagination, doucement et avec une grande ingéniosité, dans un état qui met notre âme en feu et passion. C’est la seconde application de l’élément Feu, le soufre. Comme pour la fermentation naturelle, la fermentation alchimique est le processus de putréfaction, on laisse la matière pourrir, se décomposer – du ferment, s’élève un esprit vivant renouvelé. Les images de la putréfaction sont généralement : des tombes, cercueils, anges gardiens, massacres, mutilation, vers, corps en décomposition, corbeaux noirs qui descendent sur un corps en décomposition. Autres images de la fermentation : les semailles et la germination, verdure et renaissance. En laboratoire, la fermentation commence par la putréfaction de la graine ou du matériel que l’on désire transformer. L’alchimiste rajoute souvent du fumier afin d’accélérer le processus. On observe vers la fin de ce processus, l’apparition d’une substance blanche, un lait qui s’échappe par un tunnel sur la matière noire en décomposition. Cette matière morte semble revenir à la vie pendant la fermentation car elle est assaillit par des bactéries qui la dévore. Finalement de cette substance noire, vient un liquide jaune « ξανθόσης, Xanthosis ». La production de ce ferment jaune est annoncé par une fine couche huileuse iridescente (arc-en-ciel) que les alchimistes appellent «Cauda Pavonis» queue de paon. Ce processus s’apparente à l’élaboration du vin. Psychologique, cette étape représente la mort de l’enfant car faible et instable issu de la conjonction et de sa résurrection éventuelle vers un niveau élevé d’existence. La fermentation débute par les forces spirituelles qui fournissent inspiration, réanimation,  illumination. La fermentation peut être obtenue par diverses activités : prières intenses, désirs d’union mystique, dissociation de la personnalité, enthéogènes, drogues psychédéliques, méditations profondes. Dans la société la fermentation s’exprime dans des courants religieux et par des expériences mystiques. Psychologiquement, la fermentation est l’élévation de l’énergie de vie (chi, kundalini) dans le corps – il le vivifie et le guérit. Il s’exprime par exemple par les (voces magica) vibration à des tons élevés des voyelles, hymnes, prières ou mantras. Il se situe au niveau de la gorge, centre d’énergie (chakra) de Mercure. Au niveau planétaire, il correspond à l’évolution de la vie et à l’établissement de la conscience dans la matière.

6. La distillation

Le 6ème rayon pointe vers la plume il nous indique que l’on a à faire à un processus de spiritualisation. Il est généralement recouvert d’une teinture indigo, mais on peut également le trouver colorier en blanc avec une teinte grise.Il porte le glyphe de Mercure (Lune/argent)

Dans le 6ème cercle, on remarque une licorne couchée en face d’un rosier. Selon la légende, la licorne s’enfuit sans relâche des poursuivants mais s’agenouille humblement devant d’une vierge – cette dernière dans le cas présent est la matière purifiée, rendue à l’état d’innocence. Au dessus du cercle est inscrit « Occultum » qui signifie caché car au début de ce stade les essences sont encore imperceptibles. Le processus consiste à porter à ébullition la matière pour ensuite recueillir le condensat. Dans le petit œuvre de purification, les substances sulfureuses et mercurielles sont clarifiées en une substance pure. Dans le grand œuvre, les substances sont continuellement distillées dans un récipient fermé hermétiquement – ce processus de distillation répété produit une substance extrêmement concentrée que les alchimistes appellent « la mère de la pierre ».  Dans ce type de distillation on parle de sublimation – car les vapeurs se condense directement à l’état solide – une fine couche se fixe au sommet de l’alambic. La distillation est décrite comme suite dans la table d’émeraude : « Il s’élève de la Terre vers le Ciel et redescend vers la Terre, et reçois ainsi la puissance des réalités supérieures et inférieures ». Les images de la distillations sont : les fonts baptismaux, la fleur de lotus, la rosée, une rose à 5 pétales, la rose-croix, la licorne, colombes blanches, le pélican car on pensait que le pélican sacrifiait son propre sang pour nourrir ses petits – c’est aussi le nom donné à l’alambic qui réabsorbe son propre distillat – cycle continuelle de distillation. Autres images de la distillation : flammes s’élevant vers le ciel, un dragon en flamme qui dévore sa queue. Images dans le domaine du rêve : voler, escalader une montagne, s’affronter aux lions et aigles. En laboratoire, la distillation consiste à porter à ébullition et à condenser une solution fermentée afin d’accroître sa pureté. Du point de vue psychologique, l’agitation et la sublimation des forces psychiques sont nécessaire afin de s’assurer qu’aucune impureté de la personnalité inférieure ne soit incorporée dans la prochaine étape,  phase finale. La distillation consiste à des techniques d’introspection qui élève la psyché vers de valeurs supérieures mettant de côté les émotions et les sentimentalités. C’est la purification de soi avant la naissance. Dans la société la distillation s’exprime dans les sciences et les expérimentations. Physiologiquement, la distillation est l’élévation perpétuelle de la force vitale de la région basse du corps (chaudron) vers le cerveau (les alchimistes orientaux parlent de la circulation de la lumière) qui éventuellement se solidifie et se fixe formant ainsi le troisième œil au niveau de la glande pituitaire (le chakra de l’argent). Au niveau planétaire, la distillation est la prise de conscience de l’existence d’un amour supérieur – force de vie et de la nature dont nous partageons des vérités communes.

7. La coagulation

Le 7ème rayon pointe vers le royaume de la Reine et porte le symbole de la Lune (Soleil/Or), c’est l’étape au cours de laquelle la conscience masculine est transmutée – il est habituellement colorié en violet.

Le 7ème cercle nous montre un enfant androgyne émergeant de la matière avec le mot latin « Lapidem » qui veut dire la pierre. Dans la coagulation, le ferment, le petit issu de la conjonction est fusionné avec le produit sublimé provenant de la distillation. La résurrection de l’âme est obtenue en réunissant les essences pures du corps à l’âme. La coagulation incarne et relâche l’âme dans la « Prima Materia » – dans la table d’émeraude on parle de la gloire de l’univers. La coagulation est la seconde application des élément Air et Terre – il en résulte une union de l’esprit à la matière. Les alchimistes disent qu’ils travaillaient avec un nouveau Sel – ressuscité. Les images de la coagulation sont : un aigle prenant son envol, l’or brillant, la balance de la justiceΘέμις, une pierre en forme d’un œuf, l’élixir ou l’ambroisie, le mariage du serpent et du lion, le phénix renaissant des flammes, le Roi et la Reine enfin libérés des chaînes qui les reliaient à la matière. Dans certaines gravures, on aperçoit une lune de couleur lavande chutant sur terre et un oiseau rouge s’échappant vers le ciel. Dans le contexte de la métallurgie, la matière de base est transformée en une matière incorruptible – l’or. Au niveau mental, la coagulation est perçu comme un nouveau climat de confiance qui transcende toutes choses – ce nouveau corps fait d’or ou de lumière condensé véhicule une conscience – les aspirations et les évolutions de l’esprit. Ce corps astral est ce que les alchimistes nomment la pierre philosophale – il permet d’exister à tous les niveaux de la réalité. Au niveau de l’organisme, la coagulation est marquée par le relâchement de l’élixir dans le sang, ce qui mène à un rajeunissement, une restauration de la santé. Au niveau du cerveau, l’ambroisie est relâchée par l’interaction de la glande pinéale avec la glande pituitaire. Ce viatique « viaticum » nourrit et dynamise les cellules du corps sans pour autant créer de déchets. Ce processus physiologique et psychologique crée un second corps – dit corps de lumière qui émerge dans une auréole au dessus du crane – le chakra de l’or. Au niveau planétaire, la coagulation est l’acte de retour au jardin d’éden – niveau élevée de conscience en accord avec le noûs.

La clé cachée d’Azoth

Bien qu’il y ait que 7 rayons donc 7 opérations à accomplir, une méditation laisse suggérer l’existence d’un 8ème rayon. En fait nous avons 7 rayons qui émergent du 8ème cercle, celui du milieu. Pour ce faire nous placerons un miroir au centre de notre emblème à la place de notre alchimiste vieux et barbu.

Observons d’abord chaque rayon dans l’ordre qu’ils apparaissent – en commençant par le rayon noir de la Calcination. Il faut s’imaginer être le personnage (l’alchimiste barbu). Du fait que la progression se fait dans le sens horaire, nous reporterons notre attention au cercle juste à côté du 1er rayon – nous relirons éventuellement l’opération à accomplir ici – et nous nous nous imaginerons vivre la scène.  Nous méditerons sur chaque étape jusqu’à la phase finale de la Coagulation – étape au cours de laquelle l’androgyne sort de sa tombe.

Asseyons-nous maintenant et respirons calmement en fixant l’étoile à 7 rayons dans son ensemble. Nous nous sommes libéré de la tombe – cercueil où était enseveli notre conscience. Laissons libre cours à nos pensées et attention – indubitablement notre regard se portera vers le rayon noir qui désigne la pierre cubique. C’est le Sel ou la matière brut non purifiée du début des opérations, mais aussi le nouveau Sel ou pierre de la fin des travaux. Ce rayon noir par réflexion, pointe vers la couronne – l’étape de la Conjonction – le 4ème cercle, l’opération qui consistait à travailler avec la Terre pour manifester un nouveau Sel – point de retournement entre haut et le bas. En d’autres termes, l’opération que nous pouvons attribuer à la 8ème étape est la Conjonction. Il constitue de ce fait le début et la fin de l’œuvre. Certains alchimistes ayant compris l’entièreté du processus, ont ressenti le besoin de changer les attributions – ils ont attribué au 4ème rayon, le symbole du Soleil/Or pour signifier la fin de l’œuvre – bien que ce dernier se trouvait dans le 7ème rayon. new

Le but de l’alchimie, n’est pas de demeurer dans le royaume de l’esprit comme professé dans les religions Abrahamiques, mais d’être purifié dans ce royaume et de revenir sur terre porteur de la graine de l’esprit. Le Grand Œuvre n’est autre que la consécration de l’univers – car il représente la Coagulation de l’esprit dans la matière, l’éveil de cette étoile de lumière (conscience) cachée et enfouit en nous. Ceci ne peut être accomplit que par une seconde Conjonction – mariage sacré entre l’esprit/ l’âme  (l’axe vertical) et la réalité (l’axe horizontal).

Pour emmener l’esprit et la volonté divine en ce monde, nous devons nous sacrifier au centre de la croix (les 4 éléments).

Tableau des correspondances des opérations alchimiques

Opération Processus Éléments Métaux Arcanes
Calcination Brûler; Incendier; Réduction; Trituration Feu(Solve) Plomb Acide sulfurique (Vitriol)
Dissolution Dissoudre; Corrosion; Cibation; Bain Marie Eau(Solve) Étain Oxyde de fer (rouille)
Séparation Tamiser; Filtration; Fission; Coupe Air(Solve) Fer, Acier Carbonate de sodium
Conjonction Fixation; recombinaison; Amalgame Terre (Conjonction) Cuivre,Bonze (Or) nitrate de potassium
Fermenta

-tion

Digestion; Putréfaction; Congélation; Cération Soufre

(Coagula)

Mercure (Cuivre) Liquor Hepatis (Baume de l’âme)
Distillation Exaltation; Cohobation; Multiplication Mercure

(Coagula)

Argent (Mercure, Antimoine) Pulvis Solaris Noir
Coagulation Sublimation; Projection;Fusion Sel(Coagula) Or (Argent) Pulvis Solaris Rouge

Suite des correspondances

Opération Couleurs Planètes Jour de la semaine Zodiaque Numero

-logie

Octa

-ve

Calcination Noir,  Magenta Saturne Samedi Bélier; Sagittaire Monade Do
Dissolution Bleue clair; Blanc Jupiter Jeudi Cancer Dyade
Séparation Rouge; Orange Mars Mardi Scorpion Triade Mi
Conjonction Verte Venus (Terre/soleil) Vendredi Taureau Tétrade Fa
Fermenta

-tion

Bleue/vert

Turquoise

Venus

(Mercure)

Mercredi Lion; Capricor

-ne

Pentade Sol
Distillation Blanc; arc-en-ciel Mercure

(Lune)

 

Lundi Vierge;  balance Hexade La
Coagulation Violet Soleil (Lune) Dimanche Gémeaux; Poissons; Verseaux Heptade Si

Suite des correspondances

Opération Mythologie Archange Images Physiologie
Calcination Chronos; Satan; Apollon; Héphaïstos Cassiel Flammes infernales; Le bûcher funéraire; Incinération Sacrum; Anus; Les gonades; mucus épais
Dissolution Dionysos; Rhéa; Déméter Sachiel Inondation; Fonte; larmes; Intoxication Organes génitaux; Rate; Poumons; Bile noire
Séparation OsirisProméthée; Héraclès Samael Épée; Démembrement, Divorce Plexus solaire; Vésicule biliaire; Nombril; Glandes surrénales; Bile rouge
Conjonction Cupidon (Eros); Aphrodite; Femmes de Zeus; Epimethée Anael Colle; Chaînes; actes Sexuels; Anges; Ovnis atterrissant Cœur; Sang
Fermentation Isis; Athéna; Hermès; Jésus Raphael; Michael Orages et foudre; Raisins ou barriques de vin Gorge; Thymus; Thyroïde; Son; Vibration
Distillation Dédale; Léda(Λήδα) et le cygne; Artémis et le cerf; Pégase Gabriel Rosée; Pluie; fonts baptismaux; fleur de lotus Front; Glande pituitaire; Foie; Force de vie
Coagulation Ganymède; Christ; Krishna Michael; Raphael Ailes; Or; Pierre ou œufs; Diamant; paradis Cerveau; Glande pinéale; Couronne de tête; Élixir; Ambroisie

Suite des correspondances

Opération Table d’émeraude Kabbale
Calcination Son père est le Soleil. Malkuth (matière)
Dissolution Sa mère est la Lune Yesod (fondation)
Séparation Le Vent l’a porté en son ventre. Hod; Netzah (splendeur; fermété
Conjonction Sa nourrice est la Terre. Tifereth (magnificence)
Fermentation Sépare la Terre du Feu, le subtil du grossier, doucement et avec grande ingéniosité. Gevurah; Hesed (beauté; force)
Distillation Il s’élève de la Terre vers le Ciel et redescend vers la Terre, et reçois ainsi la puissance des réalités supérieures et inférieures Binah; Hokmah (Intelligence; Sagesse)
Coagulation De cette façon tu gagneras la gloire du monde entier, et toute obscurité s’éloignera de toi. C’est la puissance des puissances, qui étend sa victoire sur toutes les choses subtiles et pénètre toutes les choses solides Kether/ En Soph (Couronne)

Suite des correspondances

Opération Influence planétaire Psychologie Conscience Chakra
Calcination Limitation; Suppression des émotions Ego; Purification des pensées Matérialité; Névrose; Besoin de Feu. Muladhara (physique, instinctif, Chakra du plomb)
Dissolution Expansion; Humilité Id; Subconscient; Purification des sentiments Blocages émotionnelles; Cauchemars; Besoin d’Eau Svadhisthana (sexualité; Sociabilité; Chakra de l’étain)
Séparation Affirmation de soi Essences;  Purification des désirs;  fonction intuitive Conscience; Conscient des contraires;   Besoin d’Air Manipura (Volonté; Intellect; Chakra du fer)
Conjonction Plaisir; Amour; Exempt d’émotions; Confidence Union des essences; Purification du corps; Fonction des sens Heureux; Amoureux;  Besoin de Terre Anahata (émotions, sentiments, chakra du cuivre)
Fermenta

-tion

Accroissement de conscience; Inspiration Inspiration; Ferveur religieuse; Purification de l’âme conscience supérieure; Au-delà du désir physique; Besoin de Soufre Vishuddha (Concepts; Communication; Chakra du Mercure)
Distillation Purification des instincts; Sagesse Conscience Divine; Véritable objectivité; Purification de l’esprit Sérénité; pointue; source de la conscience; Besoin de Mercure Ajna (Intuition, Vue secondaire, Chakra de l’Argent)
Coagulation Vitalité; Individualité Le moi trans-

personnel; La pierre; Purification de la présence

Union Divine; Nirvana; Satori; Synchronicité; Conscient du non-soi; Besoin de Sel Sahasrara (Imagination; Chakra de l’or)

Cet article est la suite logique de l’art royal.[8]

Je suis l’œuf de nature, connu seulement des sages, lesquels, étant pieux et modestes, engendre en moi le petit monde que Dieu très bon et très grand a préparé aux hommes. Mais, quoique beaucoup de gens le désirent, néanmoins, il n’est accordé qu’à peu de de personnes, qui doivent secourir les pauvres de mon or, au lieu de mettre leur affection dans un trésor qui doit périr. – Les Douze Clefs de Philosophie, de Basile Valentin

 

Notes :

  1. Basile Valentin. Azoth ou le moyen de faire l’or caché des philosophes, livre broché, 1 janvier 1994. Lire ici : https://www.arbredor.com/ebooks/DouzeClefs.pdf
  2. Lire le bandeau d’Isis.
  3. Plutarque. Œuvres morales – Traité d’Isis et d’Osiris. Ici : http://remacle.org/bloodwolf/historiens/Plutarque/isisetosiris1.htm
  4. Saint Jean. ( Évangile selon St jean XII, 24,25) « Si le grain ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt il porte beaucoup de fruits »
  5. Hermès Trismégiste. La table d’émeraude et sa tradition alchimique, Didier Kahn (Préface) Paru en janvier 1994 Etude (broché)
  6. Voir l’iconographie d’Apollon dans Soleil : Ignis Centrum.
  7. voir l’hydrie avec Atalante dans Lécanomancie.
  8. Lire L’art Royal : l’alchimie.
Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s